Vous êtes ici

La France et L'Allemagne encouragent l'Eurodistrict de Strasbourg-Ortenau

Les deux ministres allemand et français des Affaires européennes ont encouragé mardi à Strasbourg l'émergence de l'Eurodistrict de Strasbourg-Ortenau qui a l'ambition de devenir à terme un exemple de coopération transfrontalière pour toute l'Europe.

 Passerelle sur le Rhin, J.-L. Stadler CG67Bruno Le Maire, secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, et son homologue allemand Günter Gloser ont fait valoir que seule une coopération concrète - dans des secteurs comme les transports, la police, la santé, les retraites ou l'enseignement - pouvait apporter "un plus et un mieux" aux habitants et rapprocher concrètement les citoyens de l'intégration européenne.

Un rapport élaboré par deux experts allemand et français sur les potentiels de la région et les mesures qui pourraient être prises dans ce bassin a été remis mardi aux deux ministres, avant qu'ils ne visitent ensemble le Centre d'épilepsie de Kork, en Allemagne. Ce centre est autorisé depuis peu à prendre en charge des patients résidant en France, en vertu d'une coopération bilatérale.

Les rapporteurs Erwin Vetter et Bernard Cottin préconisent de résoudre en priorité les difficultés quotidiennes des citoyens: droit fiscal et social des travailleurs frontaliers, échanges entre les écoles, accès aux services téléphoniques, aux soins, coordination des secours...

Ils recommandent aussi que l'Eurodistrict se donne un an pour élaborer un "plan stratégique 2010-2020" s'accordant sur une vision commune de l'avenir de la région et son rayonnement économique, culturel et scientifique.

A l'initiative du sénateur-maire PS de Strasbourg Roland Ries et du maire de Kehl Günther Petry, les élus français et allemands de l'Eurodistrict ont approuvé en décembre le principe de la création d'un Groupement européen de coopération territoriale (GECT) de droit français, dont le siège est situé à Strasbourg et le secrétariat à Kehl (Allemagne).

Ce statut, qui conférera à l'Eurodistrict un cadre juridique stable, devrait être validé le 26 mars par le Conseil de l'Eurodistrict.

En mai, tous les élus de l'Eurodistrict se rassembleront pour prononcer un solennel "serment des Deux Rives", signe de leur engagement dans ce projet qui doit recevoir l'aval des instances communales, régionales et étatiques.

Source : AFP tj/pad/luc

Partager