Vous êtes ici

Un nouveau pont sur le Rhin

La construction du nouveau pont de Kehl est officiellement lancée ce matin. Déjà, des deux côtés du fleuve, des travaux préliminaires ont transformé le paysage. Fin de chantier envisagée fin 2010.

 Passerelle sur le Rhin, J.-L. Stadler CG67Dans le quartier du port du Rhin, à Strasbourg, un élément à la fois spectaculaire et rustique s'est immiscé dans le décor. Au débouché du pont ferroviaire, à la hauteur de l'ancienne cour des douanes, au bord des voies, s'étire une haute et longue palissade, planches de bois sur le haut, grillages sur le bas. La palissade en question délimite une aire stratégique : c'est ici, en bordure de la rue de la Digue-du-Rhin, à deux pas du fleuve, que sera aménagée la plate-forme de fabrication et de montage du tablier métallique (des poutres en treillis) du nouveau pont.

La délimitation physique du chantier doit éviter des empiétements néfastes. Il convient d'écarter les monteurs de la circulation ferroviaire et des caténaires sous tension. Il s'agit également d'éviter que des pièces de ferronnerie ne s'échappent sur les voies.

Les dimensions de la palissade sont à la mesure du futur pont ferroviaire : long de 240 mètres, il aura une largeur de treize mètres et une hauteur de quatorze mètres (le pont existant est large de six mètres et haut de sept mètres). La largeur du futur ouvrage témoigne d'un progrès majeur : à un pont à voie unique sera substitué un franchissement à deux voies.

Depuis le site de fabrication, la structure sera lancée sur le fleuve selon un savant phasage utilisant les deux piles existantes promises ultérieurement à la démolition. Implanté au point kilométrique 293,7, à l'aval immédiat de l'ouvrage en place, le tablier reposera sur deux nouvelles culées construites sur les berges et sur une pile centrale plantée dans le fleuve, dans l'axe de la pile du pont de l'Europe. Inauguré en 1956 et relevé dix ans après en vue d'un accroissement du tirant d'air, l'actuel pont sera « délancé » et démonté côté kehlois.

Maître d'ouvrage et maître d'oeuvre d'une opération chiffrée à 22,6 millions d'euros (hors taxe et valeur 2004), la Deutsche Bahn a confié la construction du franchissement à l'entreprise Max Bögl (qui a notamment réalisé la passerelle reliant depuis 2006 Huningue et Weil-am-Rhein). Le nouveau pont sera financé par la Bundesrepublik Deutschland (75 %) et par Réseau ferré de France (25 %). L'ouvrage doit permettre aux trains de franchir le Rhin à 160 km/h (contre 60 km/h aujourd'hui). Maillon essentiel de l'interconnexion des réseaux ferrés à grande vitesse français et allemand, nouvelle étape dans la réalisation de l'axe transeuropéen Paris-Bratislava, le pont de Kehl devrait être mis en service à la fin de 2010, au terme d'un chantier qui promet des manoeuvres spectaculaires.

Partager