Vous êtes ici

Revenu fiscal médian : L'Alsace reste bien classée

Dans le numéro de mai 2008 de la revue de l'INSEE Chiffres pour l'Alsace sont parues un certain nombre de statistiques confirmant que la région reste l'une des plus riches de France.

 www.insee.frEn 2005, l'Alsace occupe le 2e rang des régions françaises en termes de revenu fiscal médian : 17 900 euros. Cela signifie que la moitié des ménages alsaciens déclare un revenu fiscal de plus de 17 900 euros par an, par unité de consommation (le premier adulte du ménage comptant pour une unité, les autres personnes d'au moins 14 ans pour 0,5 unité, et les enfants de moins de 14 ans pour 0,3 unité). L'Alsace n'est ainsi devancée que par l'Ile-de-France, qui pour sa part possède un revenu fiscal médian de 19 400 euros.

Les Alsaciens les mieux rémunérés résident en périphérie des grandes villes et le long de la frontière, ceci s'expliquant par les salaires généralement plus élevés qu'ils perçoivent en Suisse ou en Allemagne. Ainsi, le canton de Sierentz a la moyenne la plus élevée de la région avec 23 000 euros.

En revanche, le niveau de revenu des habitants de l'espace rural de l'Alsace Bossue et des Vosges est plus faible que dans le reste de la région, avec une moyenne inférieure à 15 600 euros.

En ce qui concerne le revenu disponible, revenu après impôts et redistribution qui permet donc une évaluation du niveau de vie, il est de 17 000 euros en 2004 en Alsace. Ceci la classe à nouveau au 2e rang des régions françaises derrière l'Ile-de-France, la moyenne de la France de province s'établissant à 15 400 euros.

La richesse de l'Alsace ne profite pas qu'aux plus aisés. En effet, les 10% des personnes ayant les revenus les plus bas ont un revenu annuel proche de 9 900 euros, soit 900 euros de plus qu'en Lorraine. En 2004, le seuil de pauvreté s'établit en France à 9 460 euros par unité de consommation. L'Alsace, avec 8,4% de sa population sous ce seuil présente le taux de pauvreté le plus bas de toutes les régions françaises. On notera que ce taux es! t légèrement inférieur dans le Haut-Rhin : 8,1% contre 8,7% pour le Bas-Rhin.

L'écart entre le revenu médian des personnes pauvres et le seuil de pauvreté reste cependant comparable dans toutes les régions françaises : environ 16,4%. Ceci s'explique par rôle redistributif des impôts, des prestations sociales et des minima sociaux.

Partager