Vous êtes ici

Schiltigheim : Lagoona sonorise le parc de Versailles

Loueur de matériel sonore et d'éclairage, Lagoona a été retenu pour la “mise en espace sonore” du parc du château de Versailles. Pas moins de 200 enceintes ont été dissimulées dans les fameux bosquets.

Les jardins du château de Versailles"Nous sommes des artisans du son. Nous gérons des désirs et des besoins d'artistes. Mais il faut savoir qu'il y a une dimension technologique derrière tout cela", commente Denis Fenninger, président de Lagoona. Cette entreprise basée à Schiltigheim emploie 13 personnes (3,7 millions d'euros de chiffre d'affaires) mais aussi une cinquantaine d'intermittents techniques du spectacle, à travers quelques 1 500 contrats chaque année. Lagoona a été sélectionnée, après appel d'offres européen, pour fournir le système de sonorisation et de gestion de l'espace sonore pour la saison 2008 des "Grandes eaux musicales" de Versailles, tous les samedis, dimanches et jours fériés du 22 mars au 26 octobre.

Ce spectacle payant, qui draine 10 000 à 12 000 visiteurs par jour, combine jeux d'eau et diffusion d'un programme de musique baroque en plein air. Dans un tel site, enceintes, câbles et équipements de gestion du système se devaient d'être le plus discret possible, en fait invisibles du public. Sans parler, bien sûr, du niveau élevé de qualité acoustique exigé par Christophe Rousset, le directeur musical de Versailles Spectacles qui a conçu le programme artistique. Le contrat annuel est de 200 000 euros, que Lagoona espère bien voir reconduit.

Conçu par Didier Dal Fitto, l'un des experts en sono à l'origine de la création de Lagoona, en 2001, le système fait appel à 200 enceintes fournies par la société canadienne Adamson que l'entreprise DV 2 de Didier Dal Fitto distribue en Europe. Les liens entre les deux sociétés sont étroits puisque DV 2 est actionnaire à 40 % de Lagoona. La société de Schiltigheim a dû faire l'acquisition de ce matériel, soit un investissement de 500 000 euros et mobiliser ses experts puisque le réglage des enceintes peut se faire de n'importe quel point du parc à travers un PC portable et une transmission wifi. "C'est un gros effort, mais ces enceintes serviront en hiver pour d'autres clients, d'autres spectacles. Et nous espérons bien revenir plusieurs années de suite à Versailles, un contrat qui renforce indéniablement notre image", se réjouit Denis Fenninger.

Antoine Latham

Partager