Vous êtes ici

L'Alsace passe à l'heure de Noël

L'Alsace se place officiellement à partir de mardi et jusqu'au 6 janvier sous le signe de Noël avec le démarrage des "Noëlies" alsaciennes et l'ouverture à Strasbourg et dans toute la région de ses traditionnels marchés et festivités.

 J.-L. Stadler CG67A Strasbourg, où le grand sapin trône sur la place Kléber depuis début novembre, la nouvelle municipalité socialiste s'est réapproprié le slogan de "capitale de Noël" qu'elle avait créé dans les années 1990 et qui avait été mis en veilleuse sous le mandat municipal UMP 2001-2008.

Le 29 novembre, la métropole alsacienne ouvrira son 438e "Chriskindelsmärik" (marché de l'enfant Jésus), le plus fameux et le plus ancien Marché de Noël (depuis 1570). Elle se transformera alors en ville-marché aux rues parées de guirlandes de lumière et devrait cette année encore attirer ses deux millions de visiteurs.

Outre ses traditionnels "bredele" (petits gâteaux secs), confiseries et vin chaud, Strasbourg -- présidence européenne oblige -- proposera un village européen d'artisans originaires d'une quinzaine de pays de l'Union.

Dans le Haut-Rhin, Mulhouse fait pour l'heure cavalier seul avec son marché ouvert avant tout le monde, le 14 novembre, tandis que Colmar ouvrira le sien samedi.

La Région Alsace mise de son côté sur les "Noëlies", un événement lancé en 2003 qualifié de "voyage spirituel" dans les villes et les villages des "7 pays de Noël" -pays de lumières, des mystères, du sapin, des saveurs, des étoiles, des chants et des étoffes, et des veillées- qui, en plus de Strasbourg, attirent quelque 1,5 million de touristes.

Concerts, spectacles, animations et expositions: environ 500 manifestations pour petits et grands sont organisées dans la région durant toute la période.

A Andlau et Turckheim, c'est une fenêtre qui s'ouvrira chaque jour de l'Avent du 1er au 24 décembre sur une façade du village pour un conte ou une histoire.

L'Ecomusée d'Ungersheim (Haut-Rhin) qui rassemble des bâtiments et des ateliers artisanaux ayant vocation à faire revivre la ruralité des XIXe et XXe siècles, participe également à l'opération en organisant des veillées intimistes du 28 novembre au 4 janvier.

Côté budget, la Région investit 500.000 euros, mais c'est Strasbourg qui consent l'effort le plus important avec deux millions d'euros. La municipalité dit néanmoins attendre un retour sur investissement 100 fois supérieur.

Trouvez tous les détails des manifestations sur les sites suivants :

http://www.tourisme-alsace.com/

http://www.tourisme67.com/

http://www.tourisme68.com/

Source : AFP lg/tj/dlm

Partager