Vous êtes ici

L'INSEE publie une étude sur l'attractivité des villes étudiantes et des pôles d'activité

Strasbourg se classe parmi les 30 aires urbaines regroupant les trois quarts des étudiants de métropole.

www.insee.frEn 2006, selon l'INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques), 12 millions de jeunes entre 15 et 29 ans vivent en France métropolitaine. Les jeunes en études supérieures ou en début de vie active se concentrent dans les grandes villes.

Trente d'entre elles regroupent les trois quarts des étudiants de métropole. À partir de 25 ans, la plupart des jeunes ont terminé leurs études. Ces jeunes adultes entrent dans la vie active et se rapprochent alors des principaux pôles d'activité économique.

Très forte concentration des jeunes de 18 à 24 ans dans les grandes villes

Les aires urbaines de Paris, Lyon, Marseille-Aix, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Nice, Rennes, Strasbourg, Montpellier, Grenoble, Rouen et Nancy concentrent la moitié des jeunes de 18 à 24 ans, mais seulement un tiers de la population totale.

Les aires urbaines les plus étudiantes

Avec 36 200 Étudiants de 18 à 24 ans, soit 5,7 % de sa population totale, Strasbourg est classée dans la première moitié des 30 aires urbaines étudiantes de France. Les 3 premières aires urbaines sont Poitiers (19 500 étudiants, soit 8,6 % de la population), Montpellier (41 300 étudiants, soit 8,1 % de la population) et Rennes (43 800 étudiants, soit 7,7 % de la population).

Attractivité des pôles d'activité économique en début de vie active

Les trente villes étudiantes ne concentrent plus que la moitié des jeunes adultes de 25 à 29 ans. Parmi celles-ci, les aires urbaines de Paris, Toulouse, Metz, Marseille-Aix, Lyon et Strasbourg restent attractives pour les jeunes adultes de 25 à 29 ans.

Source : BRUTEL Chantal, Département de l'Action régionale, INSEE PREMIERE, "Jeunes et territoires, L'attractivité des villes étudiantes et des pôles d'activité", janvier 2010. 4 pages.

En savoir +

Partager