Vous êtes ici

Monique JUNG, ADIRA, Conseil Régional et Club des Ambassadeurs d'Alsace

« Notre message est celui d’un territoire en mouvement avec des initiatives dynamiques. »

 Monique Jung, ADIRA, Conseil Régional, Club des Ambassadeurs d'Alsace

1) Monique, vous êtes l’un des membres fondateurs du Club des Ambassadeurs d’Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

L’idée de créer un club est née autour d’un café que je partageais avec Vincent Froehlicher.

Partant du constat que les carnets d’adresses peuvent être très utiles, nous souhaitions partager ceux de tous les alsaciens, qui souhaitaient s’entraider et contribuer au développement de notre région : entreprises qui ont besoin de contacts ou de « tuyaux », anciens élèves, etc.

D’ici et d’ailleurs, notre message commun était celui d’un territoire en mouvement avec des initiatives dynamiques, que nous souhaitions mettre en lumière.

 

2) Vous êtes également directrice adjointe de l'ADIRA, fondatrice du Club des Ambassadeurs d’Alsace et Vice Présidente de la Région Alsace. Pouvez-vous nous décrire votre activité ?

Le dénominateur commun est celui d’une farouche volonté de servir ce territoire et ses entreprises, et concourir à faciliter et fluidifier les choses.

 

3) Quel a été votre parcours ?

J’ai démarré par une formation commerciale à l’IECS, puis en langues et relations internationales à l’ITIRI.

Mon premier job était dans l’immobilier : je vendais des maisons et des appartements avant de créer un service marketing pour cette entreprise.

Puis l’ADIRA. J’ai démarré comme chef de projet tertiaire et recherche, j'ai travaillé avec les Etats-Unis, l’Inde, Israël au moment où nous nous occupions d’international, particulièrement dans les domaines de la recherche, et les choses se sont poursuivies.

 

4) Comment s’exprime votre engagement en faveur de l’Alsace ?

J’ai aussi lancé les Apéros du Management avec des gens très brillants, qui organisent des partages d’expériences de management, depuis 2004.

 

5) Etes-vous Alsacienne d’origine ou de cœur ?

Les 2.

 

6) Qu’est-ce qui vous plait le plus en Alsace ?

La vie y est agréable.
Notre côté bon vivant, et quelques fois « Hans im Schnogeloch ».
Globalement une volonté d’avancer, un travail bien fait.
Et des amis.


7) S’il n’était possible d’utiliser qu’un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace (pour visiter, étudier, travailler ou vivre) ?

La qualité de vie, son ouverture internationale, le sens de la parole et de l’engagement.

 

8) Quels sont vos « outils » pour vendre l’Alsace ?

  • les autres
  • les réseaux
  • cette capacité à nous mobiliser

 

9) Si l’Alsace était…

  • Un moment ? Une soirée entre amis, au vert, autour d’une tarte flambée
  • Une histoire ? Celle d’une population attachée à un territoire bousculé par l’histoire, indissociable de celle de nos voisins. Mon grand père était à l’école allemande et n’a jamais appris le français à l’école. Et celle de la création de l’Europe.
  • Un cadeau ? Une poterie, une bonne bouteille
  • Un sens ? Le toucher, pour bien sentir les choses
  • Une personne ? P. Pflimlin, mais aussi des gens qui ont mis l’Alsace en lumière, comme Jacques Marescaux ou Jean Marie Lehn


10) Un mot pour la fin ?

L’aventure en Alsace n’a pas de fin. Venez !

**********

Merci, Monique, d'avoir accepté de témoigner à propos de votre expérience en Alsace !

Accédez au site de l'ADIRA et du Conseil Régional d'Alsace.

- téléchargez notre "Ambassadaire" d'anniversaire ! -

Partager