Vous êtes ici

Olivier ECK, Directeur des Opérations Internationales d’Alsace International

« Ceux qui viennent ne repartent pas ! »

 

 Olivier Eck, Alsace International


1) Olivier, vous êtes l’un des Partenaires du Club des Ambassadeurs d’Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

Personnelles d’abord, car je suis, pour le meilleur et pour le pire probablement, alsacien. Non pas « amoureux de l’Alsace », car j’essaie d’être un peu lucide et critique, mais viscéralement attaché à cette terre, ou même, « fait de cette terre ».

Alors promouvoir et vanter l’Alsace, c’est aussi une façon déguisée de parler de soi, ce qui est le sujet préféré de la plupart des gens !
Si en plus on est payé pour le faire…

2) Vous êtes également Directeur des Opérations Internationales d’Alsace International. Pouvez-vous nous décrire votre activité ?

L’objectif d’AI est d’amener en Alsace une valeur ajoutée économique d’origine étrangère. Traditionnellement cela se traduit par la prospection et l’implantation en Alsace de nouvelles sociétés, et se mesure en montants investis et en créations d’emplois.

A côté de cette vision historique se développent de nouvelles approches, moins facilement quantifiables, comme la recherche de partenariats, de contrats de recherche scientifique, ou la promotion collective des technologies alsaciennes en collaboration avec les clusters.

A la base tout cela repose sur un savoir-faire commun qui est celui de la vente à l’international : nous vendons l’Alsace, puis nous en assurons le SAV avec nos partenaires l’ADIRA, le CAHR et les pôles de compétitivité.

 

3) Quel a été votre parcours ?

J’ai fait l’EMS (à l’époque IECS), puis j’ai été vendeur dans les services financiers aux entreprises. J’ai ensuite passé 2 ans sur la route en Asie, avant d’être rattrapé par l’Alsace…

J’ai assuré la promotion de l’Alsace de différentes façons, d’abord en accompagnant les entreprises alsaciennes vers les marchés asiatiques au sein de la CCI de Strasbourg, puis en ouvrant de nouveaux marchés de prospection d’investisseurs à l’ADIRA, avant de poursuivre à AI... Même si aujourd’hui mon métier consiste plus à signer les ordres de mission des autres !

 

4) Comment s’exprime votre engagement en faveur de l’Alsace ?

Professionnellement, il faut poser la question à mon Président !
A titre personnel, je suis engagé dans le combat (car malheureusement, c’en est un !) pour le développement du bilinguisme en général et de l’éducation bilingue paritaire en particulier.

 

5) Etes-vous Alsacien d’origine ou de cœur ?

D’origine, c’est à dire à l’insu de mon plein gré… mais ça fait longtemps que j’ai accepté cette décision du sort ! Je bénéficie d’ailleurs de la double-départementalité, puisque j’ai grandi dans la Vallée de Munster avant de faire le début de ma carrière à Strasbourg, puis de me retrouver depuis 5 ans à cheval entre Strasbourg et Colmar !

 

6) Qu’est-ce qui vous plait le plus en Alsace ?

Le coucher de soleil, vu depuis la Forêt-Noire !

 

7) S’il n’était possible d’utiliser qu’un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace (pour visiter, étudier, travailler ou vivre) ?

« Ceux qui viennent ne repartent pas ! »

 

8) Quels sont vos « outils » pour vendre l’Alsace ?

  • un réseau mondial de prospecteurs professionnels
  • des réseaux d’informateurs
  • des brochures généralistes ou sectorielles
  • un site internet
  • des partenaires spécialisés (notamment les pôles de compétitivité) ou généralistes
  • et, bien sûr, les atouts traditionnels de l’Alsace, au premier rang desquels je placerais le professionnalisme de l’ensemble des partenaires régionaux que nous sommes amenés à impliquer dans les processus de décision, professionnalisme qui est systématiquement relevé, parfois avec un certain étonnement, par les entreprises que nous accompagnons !


9) Si l’Alsace était…

  • Un moment ? 1648
  • Une histoire ? Certainement pas « la dernière leçon » d’Alphonse Daudet !
  • Un cadeau ? Je sèche…
  • Un sens ? En bon Munsterien, on va dire l’odorat !
  • Une personne ? Ma mère


10) Un mot pour la fin ?

Non, c’est tous les jours le début !

**********

Merci, Olivier, d'avoir accepté de témoigner à propos de votre expérience en Alsace !

Découvrez le site d'Alsace International en version française et en version anglaise.

- téléchargez notre "Ambassadaire" d'anniversaire ! -

Partager