Vous êtes ici

Gérard STAEDEL, Président de l'Union Internationale des Alsaciens

« En tant qu'Alsacien ayant choisi d'assumer des responsabilités à l'étranger, je suis tout naturellement porté à être considéré comme un ambassadeur de ma région. »

 

Gérard Staedel, Union Internationale des Alsaciens

1) Gérard, vous êtes l'un des Partenaires du Club des Ambassadeurs d'Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

En tant qu'Alsacien ayant choisi d'assumer des responsabilités à l'étranger, je suis déjà tout naturellement porté à être considéré comme un ambassadeur de ma région. Tout comme la plupart des Alsaciens éparpillés dans le monde et regroupés au sein de l'Union Internationale des Alsaciens !

Il m'a donc semblé indispensable, pour l'Alsace, d'engager des synergies avec le Club des Ambassadeurs, dont les membres sont plutôt implantés dans la région.

 

2) Vous êtes également Président de l'Union Internationale des Alsaciens. Pouvez-vous nous décrire votre activité ?

C'est un vaste réseau de relations, de compétences, d'atouts et de convivialité à travers le monde.

L'Union Internationale fédère plus de 30 associations dans le monde et compte plusieurs délégués dans certains pays où le regroupement associatif est plus difficile.

 

3) Quel a été votre parcours ?

J'ai créé le club des Alsaciens de Francfort en 1992, puis celui de Munich, Stuttgart, Berlin, Hambourg et Düsseldorf.

L'Allemagne étant dès lors cernée, j'ai entrepris la création de plusieurs associations dans d'autres pays, en intégrant parallèlement l'Union Internationale pour en assumer la vice-présidence en 1999, puis la présidence depuis 2009.

 

4) Comment s'exprime votre engagement en faveur de l'Alsace ?

Au plan professionnel, je dirige la succursale du groupe Crédit Mutuel - CIC en Allemagne.

Le Crédit Mutuel est encore l'une des rares entreprises à avoir son centre de décision en Alsace, je ne manque pas de le faire savoir.

En tant que président de l'UIA, nous n'avons de cesse de faire la promotion de l'Alsace à l'étranger, et ceci de façon bénévole : c'est notre force et notre fierté !

 

5) Etes-vous Alsacien d'origine ou de cœur ?

La maison parentale est à Durrenbach, dans l'outre-forêt, mais je suis né à La Walck, car il y avait une maternité, l'autre lieu propice aurait été Haguenau.

Je suis entrain de travailler l'arbre généalogique (6 bourgmestres de Strasbourg au XVIIème siècle), il se peut que l'origine se situe à Marlenheim, au début de la route des vins !

 

6) Qu'est-ce qui vous plait le plus en Alsace ?

Les particularismes régionaux, tout ce qui fait son identité originale et incomparable : le dialecte, le folklore, la culture, les traditions, les paysages, la gastronomie, les vins...

Mais aussi la diversité de son tissu économique, son artisanat, son savoir-faire, la qualité de vie.

 

7) S'il n'était possible d'utiliser qu'un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace (pour visiter, étudier, travailler ou vivre) ?

La convivialité, le bien-être et le bien-vivre.

 

8. Quels sont vos « outils » pour vendre l'Alsace ?

  • Au niveau de l'Union Internationale des Alsaciens, nous disposons d'un site internet www.alsacemonde.org,
  • mais nous diffusons également tous les mois un courrier électronique (gratuit) dans le monde entier,
  • ainsi qu'une revue trimestrielle que nous adressons à nos membres à l'étranger bien sur, mais aussi à toutes les ambassades et consulats de France !
  • Je pense que nous sommes la seule région française à disposer d'un tel outil et, à ma connaissance, à communiquer aussi largement !

 

9. Si l'Alsace était...

  • Un moment ? Des instants d'Europe, à la croisée des peuples
  • Une histoire ? Celle des châteaux forts, qui ont marqué l'Alsace du Moyen-âge
  • Un cadeau ? Plusieurs caisses de grands crus...
  • Un sens ? La vue assurément : un beau jardin (comme le disait Louis XIV)
  • Une personne ? Albert Schweitzer, il a été un messager de paix, mais aussi missionnaire, les Alsaciens à l'étranger le sont un peu aussi...


10. Un mot pour la fin ?

Il n'y a pas de fin, que des éternels recommencements

**********

Merci, Gérard, d'avoir accepté de témoigner à propos de votre expérience en Alsace !

Accédez au site de l'Union Internationale des Alsaciens.

- téléchargez notre "Ambassadaire" d'anniversaire ! -

Partager