Vous êtes ici

Portrait d'Ambassadeur - Thierry Schwartz

Rencontre avec Thierry Schwartz du Bistro des Saveurs à Obernai.

Il est aujourd’hui un chef accompli. Alsacien de cœur et d’origine, Thierry Schwartz fait son apprentissage au sein du célèbre Lycée Hôtelier à Strasbourg. Il rencontrera ensuite Adolphe Bossert lors d’un stage et débutera au Valentin Sorg à Strasbourg. Il prend ensuite la direction de Paris en rejoignant Joël Robuchon chez Jamin et le suit avenue Poincaré.

En 2002, il décide d'ouvrir le Bistro des Saveurs à Obernai. L'établissement se situe dans une maison à colombage datant de 1589, ce qui lui donne une atmosphère chaleureuse et conviviale.

C'est un an plus tard que le guide Michelin lui décerne 1 étoile et 3 toques pour le Gaultmillau. En 2015, le Ministre de l’agriculture lui décerne les insignes de Chevalier du Mérite Agricole pour son engagement dans le soutien et la mise en avant des producteurs locaux.

Vous êtes membre du Club des Ambassadeurs d'Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

En tant qu’alsacien c’était pour moi une évidence de contribuer au développement de l’aura alsacienne.

Pouvez-vous nous décrire votre activité ?

Je suis un aubergiste, un cuisinier de la nature.

Quel a été votre parcours ?

Strasbourg, Paris, Megève, Obernai.

Comment s'exprime votre engagement en faveur de l'Alsace ?

Fervent défenseur des producteurs et artisans locaux qui sont amoureux de leur terroir.

Êtes-vous  Alsacien(ne) d'origine ou de cœur ?

D’origine et de cœur.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus en Alsace ?

La diversité de notre terroir.

S'il n'était possible d'utiliser qu'un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace ?

La gastronomie.

Quels sont vos « outils » pour vendre l'Alsace ?

La cuisine, les vins et le pain.

Si l'Alsace était...

  • Un moment ? Les tartines de mon grand-père quand j’avais 8 ans qu’il réalisait avec de la peau de lait et du kirsch maison.
  • Une histoire ? Elle serait la plus belle des histoires.
  • Un cadeau ? Un bretzel bio :)
  • Un sens ? Le goût.
  • Une personne ? Pierre Hermé.

Un mot pour la fin ?

Il fait bon vivre en Alsace, on en profite toujours avec convivialité autour d’une bonne table. Le bonheur n’est jamais loin.

Partager