Vous êtes ici

Türkân Bayrak

Rencontre avec Türkân Bayrak, "slasheuse" en Alsace.

Vous êtes membre du Club des Ambassadeurs d'Alsace. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre engagement ?

« Je suis née en Alsace et j’y ai toujours vécu. Il est tout naturel pour moi d’être avec les alsaciens tant dans mon quotidien professionnel, mais aussi pour le rayonnement de notre si belle région. »

DRPouvez-vous nous décrire votre activité ?

« Je suis une « slasheuse » comme dirait les jeunes d’aujourd’hui ! Je suis gérante de mon entreprise de conseils et de Formation Idpulse. Je fais du consulting aux entreprises, je coache, j’enseigne depuis 2011 l’entrepreneuriat et différentes matières aux étudiants dans certaines écoles de Strasbourg (Em, Isg, …), je forme les salariés dans le cadre du CPF et enfin je dispense des formations auprès des professionnels. A ce titre, Idpulse est datadocké depuis cette année. Enfin, je suis présidente de l’association « Les potes de Bobby » qui a pour objet l’accompagnement des entrepreneurs atteints d’un cancer. »

Quel a été votre parcours ?

« Après une expérience significative dans le secteur bancaire, en tant que manageur, j’ai eu la chance de mettre en place des projets pour favoriser le développement économique du bassin d’emploi de Strasbourg grâce à la création d’entreprise sur le territoire. J’ai repris mes études pour valider un Master en Management PME/PMI option Entrepreneuriat à l’école de management de Strasbourg. En 2012, j’ai rejoint la Fondation du Sonnenhof, véritable institution au service de l’handicap mental où j’ai participé au développement de celle-ci. En 2017, j’ai souhaité aller au bout de mon projet entrepreneurial qui est Idpulse aujourd’hui.

Vous l’aurez compris, je suis passionnée d’entrepreneuriat et aujourd’hui je souhaite mettre toute ma belle énergie au service de mes pairs atteints d’un cancer car la période de maladie fragilise la santé financière de l’entreprise en plus de celle du malade. Avec un peu d’aide et de soutien, on réussit aussi à vaincre la maladie… Imaginer l’association « les Potes de Bobby » et organiser son lancement avec mes ami(e)s fait partie de mon plus beau parcours ! »

Comment s'exprime votre engagement en faveur de l'Alsace ?

« J’ai poussé mon premier cri, tôt un matin, à Colmar. Déjà là, le ton était donné. J’ai bénéficié toute ma vie du sérieux et de la présence des alsaciens dans ma vie. A mon tour, pour son rayonnement, je promeus l’Alsace et la raconte, la fait visiter, la fais goûter tant dans ses plats que dans ses vins et ce auprès de jeunes énarques étrangers dans le cadre des jeunes ambassadeurs d’Alsace. Je m’amuse à emmener dans mon sac à dos de grande voyageuse des poteries de Betschdorf jusqu’en Chine pour les offrir et admirer leur émerveillement ! Lors de mon dernier voyage en Birmanie, en décembre 2019, j’avais emmené avec moi des breadeles ou bredeles (comme vous voulez) pour les offrir aux habitants que je rencontrais. »

Êtes-vous alsacienne d'origine ou de cœur ?

« Les deux ! Je suis née à Colmar, grandi à Lauterbourg puis à Wissembourg, poursuivi mes études supérieures à Strasbourg où j’ai fini par poser mes valises. Bref. Je n’ai jamais quitté l’Alsace et je compte bien y rester ! »

Qu'est-ce qui vous plaît le plus en Alsace ?

« Sa population, son ouverture d’esprit, j’aime sa rigueur, ses entreprises, ses étudiants et sa position géographique ouvert sur le monde ! »

S'il n'était possible d'utiliser qu'un seul argument, lequel choisiriez-vous pour inciter un de vos contacts à venir en Alsace ?

« Un territoire unique où il fait bon de vivre, danser, aimer, être aimer et travailler. »

Quels sont vos « outils » pour vendre l'Alsace ?

« La communication, le made in Alsace en tant que label qualité, la dynamique alsacienne et la qualité du territoire. »

Si l'Alsace était...

  • Un moment ? « La foire aux vins à Colmar. »
  • Une histoire ? « L’alsace d’aujourd’hui avec sa diversité, ses entreprises, son rayonnement. »
  • Un cadeau ? « Une poterie de Betschdorf. »
  • Un sens ? « Le goût : pour les mets et les vins. »
  • Une personne ? « Bruno Dreyfürst, comédien et Alsacien de cœur. »

Un mot pour la fin ?

« L’alsace ne serait pas l’Alsace sans la belle énergie que déploie tous les acteurs pour son rayonnement et son attractivité. »

Partager